Vieillesse et polypathologies

Mourir de vieillesse ? Aujourd’hui, notamment grâce aux progrès de la médecine, il devient de plus en plus fréquent de vivre jusqu’à un âge très avancé. Un nombre important de personnes échappent à la maladie grave et décèdent tout simplement de vieillesse. Comment cela se passe-t-il alors ?

SVG

Lorsque l’on devient très âgé, on peut continuer de fonctionner quasi normalement au quotidien, tout en souffrant de petits maux qui, accumulés, sont préjudiciables à la qualité de vie, mais ne mettent pas en cause le pronostic vital. Ces petits maux sont en général liés à un état poly-pathologique : un peu d’hypertension, d’arythmie ou d’insuffisance cardiaque, des difficultés à respirer, un peu de diabète ou de cholestérol, beaucoup d’arthrose et de douleurs rhumatismales, quelques troubles de la mémoire, une diminution des capacités auditives ou visuelles, etc. Le déclin de ces personnes est souvent si lentement progressif qu’il est difficile de repérer le moment où il convient d’admettre que la mort approche. Pourtant, c’est essentiel car  cela conditionne la façon dont on va pouvoir mettre en place un bon accompagnement de fin de vie.

Un déclin si lentement progressif qu’il est difficile de repérer à quel moment la mort s’approche

Si elles sont à la fin de leur vie, ces personnes très âgées, polypathologiques, peuvent parfois vivre encore de longs mois, voire de nombreuses années, avant que leur fin de vie ne se profile de façon concrète. Surtout, la médicalisation de la vie en général et notamment du grand âge rend souvent floues aujourd’hui les frontières entre ces deux états. Ce temps de la très grande vieillesse peut en effet être émaillé d’épisodes pathologiques, nécessitant parfois une hospitalisation, par exemple pour surinfection bronchique, chute avec ou sans fracture, plaie ou accident vasculaire cérébral mineur. La question peut alors se poser de savoir s’il faut leur proposer une prise en charge basée sur toutes les possibilités curatives de la médecine ou non.

Deux trajectoires sont possibles pour ces personnes très âgées qui déclinent très progressivement : elles peuvent rester chez elles jusqu’au bout de leur vie ou elles nécessitent à un certain stade d’être institutionnalisées (par exemple en EHPAD : Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Il est fréquent que la décision d’entrée en EHPAD soit douloureuse et source d’une certaine démission quant aux décisions à prendre. Bien souvent, on n’ose plus ou on ne sait plus dire ce que l’on souhaite pour soi-même.  

Que faire ?

Dans ces situations de très grand âge polypathologique, quand la qualité de vie a déjà fortement décliné, la question est celle de savoir jusqu’où il faut continuer de traiter avec tous les moyens de la médecine moderne ou à partir de quand il faut arrêter les traitements curatifs et laisser faire la vieillesse et l’amenuisement progressif des capacités vitales.

La meilleure façon de répondre à cette question est de ne pas l’occulter et d’en discuter très régulièrement à propos de chaque personne arrivée dans cet état, avec elle bien sûr, avec sa personne de confiance et/ou ses proches, mais aussi avec les soignants ou auxiliaires de vie qui l’aident au quotidien. Parfois, la personne elle-même, si elle n’est plus capable de s’exprimer à voix haute, signifie d’une autre manière ce qu’elle ressent et ce qu’elle souhaite. Il est important de repérer ces messages non verbaux. S’il est décidé, en toute collégialité et sérénité, que l’heure est arrivée de l’accompagner vers une fin de vie, on introduira des soins d’accompagnement et de confort pour l’accompagner au mieux dans ses derniers instants. Si nécessaire, le médecin fera appel à des compétences de soins palliatifs et/ou mettra en œuvre une sédation pour cet accompagnement, dans les conditions prévues par la loi.

Dans la même rubrique

SLA (ou maladie de Charcot)

La SLA (sclérose latérale amyotrophique), aussi appelée « maladie de Charcot », est une maladie neurodégénérative rare rapidement évolutive. Comment s...

En savoir plus

En réanimation

Meurt-on souvent en réanimation ? Comment y meurt-on ? Est-ce toujours après une décision de limitation des traitements ? Comment prend-on une telle d...

En savoir plus

Situations pédiatriques

Quand elle atteint le nouveau-né, l’enfant ou même l’adolescent, la maladie grave prend tout de suite un caractère tragique, d’autant plus si elle met...

En savoir plus

Etat neuro végétatif

Comment se passe la fin de vie d’une personne en état neuro-végétatif ou pauci-relationnel ? A quoi peut-on s’attendre ? Que peut-on anticiper ? Comme...

En savoir plus

Défaillance d'organes

Comment se passe la fin de vie d’une personne souffrant d’une pathologie d’organe comme le rein, le poumon ou le coeur ? A quoi peut-on s’attendre ? Q...

En savoir plus

Parkinson, Alzheimer et apparentées

Les maladies neurodégénératives de type Alzheimer, Parkinson ou apparentées sont des maladies chroniques évolutives responsables d’une perte d’autonom...

En savoir plus

AVC

Comment se passe la fin de vie d’une personne atteinte d’un accident vasculaire cérébral? A quoi peut-on s’attendre ? Que peut-on anticiper ? Comment ...

En savoir plus

Cancer

Comment se passe la fin de vie d’une personne atteinte de cancer ? A quoi peut-on s’attendre ? Que peut-on anticiper ? Comment se préparer ? Cet artic...

En savoir plus

Actualités