Se faire aider en tant que proche aidant

Accompagner un proche en fin de vie représente un engagement fort, entraînant souvent des conséquences importantes sur la santé physiologique et psychologique du proche aidant : fatigue, épuisement, stress, anxiété, insomnie, sentiment de solitude, difficulté de gestion des émotions, etc. Comment se faire aider en tant que proche aidant ?

Obtenir une information ou une aide matérielle

Différents interlocuteurs peuvent répondre aux demandes concrètes des proches aidants :

Accepter de se faire aider

SVG

Les proches sont souvent réticents à l’idée de faire appel à des intervenants extérieurs car ils ne sont pas toujours conscients de leur droit à demander une intervention ou ils ne se sentent pas légitimes à bénéficier d’une aide. Ils peuvent aussi se sentir coupables de prendre du temps pour eux ou bien inquiets à l’idée du bouleversement des repères qui pourrait se produire.

Pourtant, accepter de se faire aider permet d’éviter d’en arriver à un état d’épuisement tel que la santé physique et psychique de l’aidant est mise en danger. Les interventions extérieures sont aussi l’occasion d’intégrer des tiers dans la relation, de rompre l’isolement éventuel provoqué par la situation ou d’apporter un regard plus distancié.

Mettre en place des systèmes de relai ou de répit est un moyen pour les proches de prendre du repos, tout en permettant au malade en fin de vie de continuer à recevoir des soins à domicile.

Obtenir un soutien et prendre soin de soi

Deux types d’intervenants peuvent apporter un soutien aux proches aidants :

  • Les professionnels : même si tous les intervenants ont leur place dans le soutien et l’accompagnement psychologique, le psychologue ou le psychiatre formés aux soins palliatifs ont une expertise spécifique dans ce domaine. D’autres professionnels peuvent également aider les aidants : médecins homéopathes, acupuncteurs, sophrologues, etc.
  • Les associations faisant appel à des bénévoles :
    • des associations d’accompagnement en soins palliatifs
    • des associations d’aide aux aidants, qui proposent des informations, un soutien individuel ou en groupe, des services gratuits, etc. Certaines associations sont spécialisées sur des pathologies (sclérose latérale amyotrophique, maladie de Parkinson, cancer, etc.), d’autres sont plus généralistes.

Il est aussi essentiel que les proches aidants sachent se ressourcer et s’autorisent à prendre soin d’eux-mêmes :

  • s’occuper de leurs propres besoins, notamment en gardant une vie sociale, en s’accordant des moments de répit, etc.
  • pratiquer des activités favorisant la diminution du stress comme la marche, le yoga, le tai-chi, la relaxation, etc.
  • identifier et solliciter les personnes qui vont pouvoir apporter du soutien, soit dans son cercle familial ou en dehors

Dans la même rubrique

L'accompagnement du deuil

Le deuil est l’étape qui suit la disparition d'une personne et se caractérise par un sentiment de tristesse et une souffrance face à la perte de l'êtr...

En savoir plus

Les congés et les aides financières

Il existe des congés et des aides financières pour les proches aidants qui accompagnent une personne en fin de vie : congé de solidarité familiale, co...

En savoir plus

Au quotidien

L’accompagnement d’une personne en fin de vie confronte l’aidant à un bouleversement profond et lui impose des adaptations permanentes selon l’évoluti...

En savoir plus

Actualités