Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie présent dans les congrès majeurs de soins palliatifs

11 octobre 2021

Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie était présent au Congrès national de la SFAP à Valenciennes et au Congrès mondial de l’EAPC. Retour sur ces deux événements majeurs à l’occasion de la semaine des soins palliatifs.

Le Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV) a été salué par le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, lors de son discours d’ouverture au Congrès de la SFAP à Valenciennes le 22 septembre dernier. Le ministre a également annoncé la sortie d’un nouveau Plan de développement pour les soins palliatifs 2021-2024 ; le rôle majeur qu’aura à jouer le CNSPFV dans la communication sur ces sujets a été souligné. Cette annonce a été confirmée et détaillée par les porteurs du Plan, Dr Olivier Mermet et Dr Bruno Richard, lors de l’atelier rebond qui a suivi la plénière d’introduction dans laquelle Sarah Dauchy, présidente du Conseil d’orientation stratégique du CNSPFV, a remercié le ministre de la confiance portée au CNSPFV et à son équipe.

Cette annonce du Plan, très attendue, est venue ouvrir un congrès d’une grande qualité scientifique, au cours duquel ont aussi pu être débattues des questions financières, éthiques ou bien philosophiques. Le CNSPFV a d’ailleurs participé à ces échanges en proposant deux communications orales et deux posters au cours du Congrès. Ainsi, Valérie Mesnage, médecin, est intervenue sur la question de la sédation, en proposant une communication autour de la sédation profonde et continue jusqu’au décès. Caroline Tête, documentaliste, a, au cours de son intervention dans l’atelier « Originalités », dressé un bilan du MOOC « La fin de vie : s’informer pour en parler », tout en montrant l’intérêt d’un tel outil dans une communication à grande échelle auprès de la population française. Perrine Galmiche, chargée de mission en sciences sociales, a proposé une lecture méthodologique de l’enquête qualitative relative au parcours des patients en lits identifiés de soins palliatifs, en cours au CNSPFV. Enfin, François Cousin, médecin de santé publique et Thomas Gonçalves, statisticien, ont présenté en poster l’Atlas des soins palliatifs et de la fin de vie en France – 2e édition, publication de référence, en focalisant leur propos sur le grand âge et la fin de vie.

Les discussions ont pu se prolonger au-delà des salles de conférence auprès du stand de la SFAP et de l’espace partenaire où l’on a pu approcher des associations comme Empreintes qui présentait « Mon cahier pour en parler », un livret ludique pour parler du deuil avec l’enfant ou des éditeurs comme JALMALV dont les 100 premiers numéros sont en archives ouvertes sur VigiPallia. Si le CNSPFV n’avait pas de stand à proprement parler cette année, il était présent en filigrane : ses publications (Atlas des soins palliatifs et de la fin de vie en France, Panorama des législations sur l’aide active à mourir dans le monde) ont été aperçues sur le stand de Corpalif, réseau francilien de soins palliatifs et le site Internet « La vie, la mort… on en parle ? » réalisé par la SFAP et soutenu par le CNSPFV, entre autres, a largement été plébiscité au cours du Congrès.

Autour du congrès, la SFAP a gratifié les congressistes d’une projection de court-métrages et d’une avant-première du film « De son vivant » d’Emmanuelle Bercot qui sortira en salle le 24 novembre prochain. Un stand librairie basé sur une bibliographie proposée par le centre de documentation du CNSPFV et un café littéraire étaient aussi l’occasion de discuter des soins palliatifs autour d’une boisson chaude.

Trois jours intenses qui se sont terminés sur la distinction de nos collègues de l’HAD de la Fondation Œuvre de la Croix Saint Simon avec un prix poster qui vient récompenser le travail du service psychosocial de l’HAD autour de MUSIC CARE. Le CNSPFV, en la personne de François Cousin, a reçu la récompense en lieu et place de Jérémy Martin, psychologue, retourné auprès de ses patients.

La présence du CNSPFV a été remarquée et saluée par l’ensemble du milieu de la fin de vie et des soins palliatifs au Congrès de la SFAP. L’e-congrès mondial de l’EAPC a également donné un espace de parole au CNSPFV à l’occasion d’un atelier et de deux posters. Sous le thème « Exploring new dimensions », le congrès a donné une large audience aux innovations en soins palliatifs. Intelligence artificielle, données de santé connectée, modèles innovants de prise en charge à domicile sont quelques exemples de questions qui ont été soulevées au cours du congrès. Sandrine Bretonnière, directrice adjointe scientifique, a présenté une étude qualitative, menée en 2017, sur la sédation profonde et continue jusqu’au décès. François Cousin a présenté un poster discuté sur l’Atlas des soins palliatifs et de la fin de vie intitulé « End of life and mortality of the elderly in France: Are existing palliative care resources adequate? » salué par ses pairs européens d’un « very interesting topic! » et Caroline Tête a contribué via le poster « Informing the French Public about the End-of-Life with a MOOC Tool » à la grande mise en lumière des MOOCs sur la fin de vie au cours du Congrès. Ce dernier poster a été honoré par le comité scientifique du Congrès d’un prix poster.

Bien que virtuel, le congrès a suscité de nombreuses discussions via les chats et les forums : l’occasion de remercier les organisateurs du Congrès d’avoir laissé de grandes plages horaires de discussions possibles entre les e-congressistes. Il était possible de discuter avec les taskforces en cours à l’EAPC, auxquelles des membres du groupe « Relations internationales » de la SFAP et des membres de la Plateforme nationale pour la recherche en soins palliatifs participent. Les organisateurs ont aussi proposé aux congressistes des séances de Yoga, une exposition photo et un formidable concours de Science Slam. C’est Elodie Cretin, ingénieur en recherche clinique et directrice de la Plateforme nationale pour la recherche en fin de vie, qui a été élue Top slammer pour le congrès EAPC 2021.

Riches, de qualité, ces deux événements montrent l’effervescence française autour des questions de la fin de vie et des soins palliatifs. Ils mettent en lumière également les liens que le CNSPFV entretient avec les autres acteurs des soins palliatifs et de la fin de vie. Gageons que le nouveau Plan de développement des soins palliatifs 2021-2024 à paraître dans les prochains jours devrait renforcer ces liens pour, ensemble, diffuser la démarche palliative.